La région en photos     Les commerces     Les villes     Les îles     Contes et légendes     Ostréiculture

Halloween

Le 31 octobre est une date bien connue et attendue avec impatience par les grands et les petits.







Il faut préparer son déguisement, creuser quelques citrouilles, organiser son parcours de "porte-à-porte" etc.
En fait, à l'origine, c'est une des plus importantes journées du calendrier celte, célébrée il y a longtemps par nos ancêtres.



Il y a 2500 ans, les peuples celtes, les gaulois, les irlandais, les écossais, les gallois etc., célébraient les saisons et priaient plusieurs dieux.
Leurs croyances étaient grandes et les druides avaient une place importante dans leur société.
Une des principales fêtes de leur calendrier était la nuit de Samain (ou Samhain), le 31 octobre, la veille du nouvel an Celte.
Cette nuit là marquait le début du cycle hivernal, celui de la lutte entre les ténèbres et la lumière.
La fête elle-même durait en fait une semaine pleine, trois jours avant et trois jours après. Pour les celtes, cette période était une parenthèse dans l'année.
Elle n'appartenait ni à celle s'achevant, ni à celle qui allait commencer.
Le dernier dernier jour de l'année, on supposait que des esprits pouvaient faire une brève visite à leurs parents, alors que les dieux de la mort tentaient de rassembler les âmes de ceux qui étaient décédés durant l'année.

En France, la culture Celte disparu, mais les coutumes populaires de Samain continuèrent de se développer en Ecosse, en Irlande, au Pays de Galle et dans certaines régions d'Angleterre.
Ainsi, le soir de la fête de Samain est devenu All Hallows Even, c'est à dire "le soir de tous les saints". D'ailleurs, avec l'arrivée du christianisme dans ces pays, le pape Grégoire IV instaura la fête de "tous les saints" (la Toussaint) le 1er novembre.
Avec le temps, le 31 octobre se transforma donc en Hallowe'en ou Halloween.

Jack O'Lantern, qui peut être traduit par "citrouille-lanterne", était un joueur et un buveur invétéré, un personnage méchant et égocentrique. Mais c'était aussi un homme rusé qui réussit par deux fois à tromper le diable.
En effet, un soir, alors qu'il était dans une taverne, le diable lui apparût et lui réclama son âme.
Jack demanda alors au diable de lui offrir à boire, un dernier verre avant de partir pour l'enfer.
Le diable accepta et se transforma en pièce de six pence. Jack la saisit et la plaça immédiatement dans sa bourse. Cette dernière ayant une serrure en forme de croix, le diable ne pouvait s'en échapper.
Finalement, Jack accepta de libérer le diable, à condition que ce dernier lui accorde un an de plus à vivre.
Douze mois plus tard, Jack fit un autre tour au Diable, le laissant en bas d'un arbre avec la promesse qu'il ne le poursuivrait plus.
Quant il mourut, il fut chassé du Paradis pour sa mauvaise conduite et le diable refusa de l'accueillir en enfer.
Il lui offrit simplement un morceau de braise que Jack plaça dans un navet pour éclairer son chemin d'errance éternelle.
C'est ainsi qu'il réapparaît chaque année, le jour de sa mort, à Halloween.

Avec l'éclosion des médias, la coutume d'Halloween commença à s'étendre un peu partout sur le globe et ainsi revint sur le vieux continent aprés un long séjour aux Etats-Unis.
   





La légende du roi Arthur

La légende d'Excalibur

La légende de Merlin l'enchanteur

La légende de Perceval

La légende de Lancelot du lac

La légende des Korrigans

La légende du sanglier Tourc'h

La légende du roi Gradlon et de la cité d'Ys

La nuit d'Halloween

La compagnie théâtrale de rue Royale de Luxe

La légende de Brandwen, magicienne au masque d'or
La bretagne en photos   -   Les commerces   -   Huitres et ostréiculture en Bretagne Sud   -   Les villes   -   Les îles   -   Légendes bretonnes
Toutes les photos et les textes sont la propriété de Auray.org © 2017